Stationnement : l’Intelligence Artificielle au service des handicapés



Difficile à estimer (certains opérateurs évoquent environ 20% de fraude), la proportion de fausses cartes de stationnement pour handicapés n’a cessé d’augmenter depuis 2018 avec la dépénalisation du stationnement qui a conduit les villes à passer l’amende pour stationnement impayé (FPS) de 17€ jusqu’à 60€ dans certains cas. Car l’avantage d’une telle carte est de permettre de se garer gratuitement et de bénéficier de places dédiées.


À Paris, 38 000 cartes sont en circulation pour un parc de 4 500 places de stationnement gratuit réservées aux personnes à mobilité réduite. Il est possible de trouver de fausses cartes pour 300€ sur Internet. Et même si les anciennes cartes européennes de stationnement sont progressivement remplacées par de nouvelles cartes (carte mobilité inclusion, CMI) depuis 2017, les anciens titres demeurent valables jusqu’en 2026.


L’échec des systèmes de lecture automatique de plaques d’immatriculation (LAPI)

Surnommés « les sulfateuses », ces véhicules (voitures ou scooters) circulent dans les rues pour identifier et verbaliser les contrevenants au paiement mais sont incapables de lire les cartes de stationnement situées sous les pare-brises. De plus, ces cartes sont rattachées à une personne et non au véhicule, ce qui rend inefficace cette manière automatisée de contrôle et génère l’envoi d’amendes à des handicapés, pourtant bien en règle (faux positifs dans le jargon des opérateurs de stationnement).


Pour remédier à ce problème, certains délégataires ont décidé de faire suivre à leurs agents de contrôle des formations pour effectuer un contrôle visuel d’authenticité des cartes et le GART de publier un guide dans cet objectif également. En parallèle, certaines collectivités ont créé des fichiers qui regroupent les titulaires d’une carte de stationnement pour personnes handicapées.


Le recours à l’Intelligence Artificielle

Grâce à l’historique des contraventions pour faux usage d’une carte pour handicapés et des emplacements utilisés par des titulaires confirmés, ainsi que de nombreuses autres données contextuelles, l’intelligence artificielle permet désormais de cibler plus efficacement les contrôles et, en définitive, de dissuader nos concitoyens malveillants d’user d’un droit aux dépens des personnes les plus fragiles dans notre société.


Au travers de sa plateforme OctoCity, Datategy met à disposition des opérateurs de transport et de stationnement une solution prédictive du contrôle des titres de transport pour réduire drastiquement la fraude.

OctoCity permet ainsi de guider efficacement les agents de contrôle vers les lieux où la fraude est la plus élevée en fonction des horaires et des évènements contextuels en temps réel.


Récemment, Datategy a également lancé sa plateforme papAI permettant à tout type d'utilisateurs (Data Scientist, Data Analyst, Business Analyst, Chief Data Officer...) d'industrialiser rapidement leurs projets data à un cas d'usage précis. La solution assure une gestion de bout en bout des projets Data Science, de la collecte de données jusqu'au déploiement de vos modèles prédictifs.


Les plateformes de Datategy sont déjà déployées sur 23 sites de France (Dijon, Evry…) et à travers le monde (Moyen-Orient). La startup emploie une trentaine de collaborateurs et compte comme clients aussi bien de grands groupes (SNCF, DataInfogreffe) que de petites sociétés.

Datategy a été classé parmi les 10 premiers fournisseurs d’IA en Europe.


#parking #stationnement #handicapés #fraude #LAPI #IA


©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités