Rencontre avec le Président Perruchot


Pourquoi et comment s’engager dans votre dans la présidence de votre département ?


Tout d’abord, je ne considère pas la politique comme un métier mais comme un engagement. Pour s’investir, il faut être animé par la volonté de servir le collectif et l’envie de participer à la promotion de valeurs communes. Pour moi, cela remonte aux années lycée. Très tôt, j’ai eu envie de m’engager dans la vie politique locale. C’était une façon de participer au débat, d’être utile. L’environnement politique m’intéressait, il nécessitait de passer à l’acte et, le moment venu, de participer à une élection locale. J’ai pris le temps de me former, d’apprendre, et j’ai été candidat pour la première fois aux élections municipales de Blois en 1989. J’avais 23 ans, j’étais dans le dernier tiers de la liste. Avec quelques amis colistiers, cette place nous destinait aux tâches logistiques : tractage, collage. Ce fut très formateur. J’ai compris très vite que c’est dans l’action que je pouvais me révéler avec pour objectif de remporter la victoire.

A Blois, à cette époque-là, l’horizon était a priori “bouché“. Jack Lang, ministre de la culture, proche du pouvoir présidentiel, était arrivé dans notre département et son image suffisait à faire basculer en sa faveur une grande majorité d’électeurs. Il a donc fallu s’armer de patience et trouver la (les) faille (s) pour faire vaciller cette figure de la mitterandie.

Les municipales de 2001 ont été LE tournant - après une victoire aux cantonales l’année précédente au cours d’une élection partielle difficile – gagnée avec 3 voix d’avance au 2nd tour - je fus élu maire de Blois, ville dans laquelle j’avais grandi et où j’avais une partie de mes racines. J’avais 34 ans et je trouvais là un premier aboutissement à mes années d’engagement. Ma volonté de changer le quotidien des blésois était forte ; presque autant que les résistances de certains agents publics que j’ai pu trouver sur mon chemin.

En plus de mes nouvelles obligations, je dus très vite intégrer la dimension médiatique de cette élection et les nombreuses sollicitations.

Nicolas_Perruchot_©L.Alvarez_recadrage

Qu’est-ce que l’engagement républicain pour vous ?


Pour moi, l’engagement républicain doit permettre de répondre à deux choses : d’une part servir l’idéal qui fonde notre République à travers le triptyque « Liberté, Egalité, Fraternité », et d’autre part respecter une éthique qui doit amener les élus à servir la société dans son ensemble. Les élus locaux sont pour moi des piliers, des garants des libertés qui permettent à chacune et à chacun de vivre ensemble. À travers nos décisions, nous devons tendre vers plus d’Égalité afin que les membres de notre « communauté locale » (une ville, un village, un canton, un département) s’intègrent et trouvent les repères nécessaires.


Qu’est-ce qui vous passionne le plus ?


Les habitants de mon territoire et les projets que nous concevons pour eux.

Quotidiennement je réfléchie, échange, dialogue avec mes équipes afin de trouver des solutions qui permettront de renforcer l’attractivité du Loir-et-Cher et le bien-vivre ensemble. J’ai la chance d’être à la tête d’un département unique et dynamique, faponné par cinq siècles de réalisations hors norme, de Chambord à Beauval. Ma responsabilité est de tout faire pour que nous allions de l’avant. Cela passe par l’amélioration de la vie quotidienne des habitants, et par une politique de projets ambitieux en phase avec notre siècle. Je suis fasciné - mais pas béat - par l’impact du numérique dans notre quotidien depuis une dizaine d’années. J’ai donc pris des initiatives afin de doter le département de Loir-et-Cher d’outils numériques innovants pour faciliter la vie quotidienne : Job41.fr : un dispositif local dédié à la recherche d’emplois ; Agrilocal41.fr et Saveurs41.fr font la promotion des circuits courts ; des services en lignes pour les bénéficiaires de la MDPH et de l’APA ; Routes41, Culture41, Facil’ITI, ACCéo Pro, etc..

Toutes nos politiques doivent intégrer le numérique dans leur stratégie. Cela nécessite de mettre au cœur de nos réflexions l’habitant, l’utilisateur de notre service public.

L’autre sujet passionnant du moment c’est l’Environnement. Non pas pour céder aux sirènes d’une mode passagère, mais bien pour agir en profondeur sur le développement du territoire. En matière d’impact environnemental, il se dit et s’écrit beaucoup de non-sens. Aujourd’hui, prendre la bonne décision en matière d’aménagement nécessite une analyse scientifique irréfutable. C’est hélas loin d’être le cas sur bon nombre de sujets.

Ensuite, car ma vision de l’environnement n’étant pas celle d’un anti écolo primaire, je souhaite démontrer qu’écologie et croissance peuvent aller de pair. Et, je me battrais contre ceux qui aimeraient tout interdire par pur dogmatisme. Nous avons la chance de vivre dans un territoire vert : 50% des terres en Loir-et-Cher sont cultivées. Et 25% de notre territoire est composé de forêts. Il s’agit d’acquis non délocalisables qu’il faut défendre. Et, même si je défends cette ruralité, il faut aussi rappeler que dans un territoire comme le nôtre, les déplacements se font et se feront majoritairement en voiture. Il faut que ces sujets soient compatibles.


Ce Journal étant destiné aux décideurs politiques de France, avez vous un message a adresser ?


Je n’aurais qu’un mot : MERCI. Merci aux élus qui s’engagent ; aux maires, maires adjoints, conseillers municipaux qui ne comptent pas leur temps ni leur investissement pour servir les autres. Merci aux élus départementaux, régionaux et nationaux dont le travail collectif permet d’avancer sur des projets concrets.


Et MERCI également aux agents et cadres territoriaux qui permettent chaque jour la réalisation de projets utiles et importants qui font de la France un pays où il fait bon vivre malgré tout. Je formule le souhait qu’ensemble nous puissions rapidement trouver une issue à la crise sanitaire qui nous frappe depuis maintenant plus de 6 mois. Nous devons tenir bon et préparer dès à présent des plans de relance adaptés à nos territoires.


La Rédaction


©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités