Portrait de Maire : Nadine WANTZ



Pourquoi s'engager ? 


Titulaire d’un DEA en aménagement en milieux ruraux fragiles, j’ai beaucoup travaillé sur les questions de dynamiques territoriales et de planification.

Mon parcours professionnel en bureau d’études (7 ans) , en agences d’urbanisme (10 ans), puis en collectivité (6 ans) m’ont amené à travailler sur des projets urbains complexes, sur des documents de planification et de prospective à des échelles territoriales différentes.

Ma « préférence » s’est portée sur des territoires moins peuplés ou les enjeux de positionnement et de développement sont les plus difficiles à mettre en œuvre et où la prise de décision est plus réactive.


Naturellement j’ai eu envie de m’investir sur mon territoire d’adoption et mettre à profit mon expérience professionnelle pour ma commune Rioz et son EPCI.


Qu'est ce que l'engagement républicain pour vous ? 


L’engagement républicain c’est être complètement engagé et lié à son territoire.

Arrivée en Haute-Saône en 2000, je me sens aujourd’hui complètement de ce territoire. Il y a un réel sentiment d’appartenance à cette ville.

Lorsque l’on s’engage sur un mandat local ou communautaire, on sait que l’on est engagé et en responsabilité envers ses habitants mais aussi envers l’Etat et la République française.

Il est important pour moi de véhiculer ses valeurs nobles de la République.



Qu'est ce qui vous passionne le plus ? 


Ce qui m’intéresse par-dessus tout est de voir mon territoire en mouvement, se développer, s’animer, se construire…

J’ai la chance d’être sur une communauté de communes très attractive aux portes de Besançon et les enjeux en matière de développement économique, urbain et humain sont très importants.

Réfléchir le territoire, envisager son développement à plusieurs années, mettre en oeuvre les projets qui permettront son évolution est passionnant. Cela fait appel à des domaines de compétences différents.



Ce journal étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez vous un message à adresser ? 


Les maires et le Président d’EPCI ont les clefs du développement de leur territoire. Les enjeux pour demain sont colossaux.

La manière dont nous envisagerons nos territoires aura un impact considérable sur l’environnement.

La consommation des espaces naturels et agricoles et la non-maitrise des formes urbaines ont défigurés certaines villes et villages.

Il nous reprendre les choses en main. Il nous faut réfléchir la ville de demain, plus dense, moins énergivore, plus végétalisée, plus numérique, à moindre impact sanitaire et environnementaux et avec des matériaux plus nobles.

C’est nous qui validons nos documents de planification et nos permis de construire.

C’est à nous de faire changer les choses !


En 2019, sur 1254 EPCI, seuls 8% étaient des Présidentes.

Sur 34 970 maires de communes, on compte 5 906 élues femmes. Avec 16,9% de femmes maires. Je me pose souvent la question de la sous-représentation des femmes.

Sont-elles trop occupées par leur charge familiale ou alors les hommes ne leur laissent t-ils pas leur place ? Peut-être un peu des deux…

Il aura fallu légiférer et créer un ministère de l’égalité des droits afin que les femmes puissent être représentées à parité mais les postes de maires, présidentes, députée, sénatrice…. sont encore en infériorité.

Il reste à un travail important à faire et l’éducation nationale doit y prendre sa part.


©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités