Grand entretien François-Xavier FAVAUDON

François-Xavier FAVAUDON est directeur général des services à la Communauté de Commune Hiérache Sambre & Oise.




Pourquoi et comment s’engager dans votre métier ?


A la question « pourquoi », la réponse est relativement simple : pour s’engager au service de l’usager et du service public au sens large. Il faut je crois avoir cette volonté et cette exigence pour exercer ce métier. Mais pas que, car cet engagement est aussi multiple : auprès des élus évidemment, avec ses collaborateurs, dans la relation avec différents partenaires (institutionnels, publics/privés, associatifs, etc.). Pour ma part, j’ai cette volonté de m’engager pour tous ces sujets qui touchent notre quotidien : la question de l’environnement, de l’aménagement du territoire, du développement économique, de l’enfance, de l’action sociale, des loisirs, etc. Ce métier, et ces fonctions, me permettent d’être en contact de différents domaines, offrant une diversité et une transversalité importante dans les tâches réalisées.

A la question comment, ma réponse sera intrinsèquement moins ambitieuse, car il appartient à chacun de trouver sa voie, de questionner ses besoins et d’y répondre par divers moyens. Personnellement je dirais qu’il est nécessaire de s’y engager avec dynamisme, et avec une certaine dose de passion. Il y a certes une majeure partie des missions qui sont administratives et financières qui nécessitent en conséquence quelques connaissances ; Il faut donc bien se former. Mais à cette question « comment », il faut aussi avoir une curiosité nécessaire pour constamment s’interroger, regarder ce qu’il se passe ailleurs, s’inspirer de bonnes pratiques, prendre du recul sur les siennes, mettre les choses en perspectives, … bref, il faut s’engager avec détermination pour faire aboutir des projets passionnants.



Qu’est-ce que l’engagement républicain pour vous ?


L’engagement républicain, c’est pour moi adhérer aux valeurs de notre République, de notre Pays, dans son histoire et sa diversité. C’est croire aux valeurs fondamentales de notre société, de respect, de laïcité, de tolérance, et de travail, pour agir au quotidien à son service. Cet engagement se traduit par la volonté d’œuvrer à un projet collectif. Très modestement, à l’échelle d’un territoire, c’est je pense favoriser un développement résilient, responsable et collectif.

Avec ce métier, l’engagement républicain se situe aussi je pense dans l’engagement que nous avons auprès des élus, les élus de la République, les représentants du peuple au sens noble du terme. Traduire techniquement une vision politique issue de l’expression démocratique, c’est aussi je crois contribuer à la bonne santé de notre démocratie (et en la matière il y a du travail). Cet engagement doit donc être total.



Qu’est-ce qui vous passionne le plus ?


Je suis passionné par l’innovation humaine au profit des territoires. Travailler pour le service public c’est bien, mais essayer de le réinventer, de le faire évoluer et de comprendre les nouveaux besoins des usagers, voilà une source de motivation presque inépuisable. Il est passionnant pour moi de m’engager dans des projets qui expérimentent de nouveaux types de services, ou qui traduisent une stratégie complète de développement d’un territoire.

A un niveau macro en travaillant sur un projet de territoire ambitieux par exemple, ou à un niveau micro, en adaptant un service particulier à une problématique précise. Beaucoup de sujets sont passionnants, à tous les niveaux.

Quand je parle d’expérimentation, attention, il ne faut évidemment pas faire n’importe quoi. Mais je crois en la capacité des collectivités pour avoir cette ambition, d’oser, parfois, d’essayer des choses, accepter de se tromper, corriger, et au final arriver à une solution de qualité. Cela prend un peu de temps, c’est d’ailleurs peut-être antinomique avec les attentes de la société actuelle dans ce monde où l’urgence devient une norme. C’est difficile, mais c’est nécessaire.

Cette philosophie m’anime, et donc me passionne.



Ce journal étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


Vous me donnez la parole, et je vous en remercie vivement. Mais je pense avoir tout dit, je ne voudrais pas non plus « sur jouer » les choses.

Vous l’aurez compris, j’ai une vision engagée de mes fonctions, pour autant je n’ai pas forcément de message particulier à faire passer. Je pense que chaque élu s’engage avec ferveur, pour, in fine servir autrui. Les cadres territoriaux que nous sommes ne faisons que traduire cette ambition avec la même envie, et les mêmes objectifs.

Je ne peux donc que souhaiter que nos territoires puissent continuer à vivre avec ce travail collectif indispensable à un développement dynamique et favorable de notre cadre de vie. L’humain est capable des pires choses… mais aussi des plus belles. Retenons cela (enfin surtout la deuxième partie).

Le reste n’est finalement que sémantique, où les curseurs politiques ne font que définir des ambitions, des projets, tous aussi respectables les uns que les autres.


Bio expresse


2009 : mon premier poste de Directeur Général des Services en intercommunalité, après des études de droit public et de sciences politiques.

2014 : je fais le choix de retourner sur les bancs de l’école en formation continue pour prendre du recul sur ma pratique. J’en suis sorti diplômé de Sciences Po Paris. Une expérience intellectuelle et humaine très enrichissante.

2017 : j’ai la chance de créer et mener une expérimentation unique en France : un service public itinérant. Ce projet inspirera largement le dispositif aujourd’hui connu et généralisé sous l’appellation « Bus France Services ».

2019 : on me laisse l’opportunité de créer et d’organiser les premières rencontres nationales des services publics itinérants. S’en suivra la création d’une association nationale (France Contacts), et le développement d’une application mobile à l’échelle nationale également.

2020 : une année qui restera pour tout le monde dans les livres d’histoire, et qui professionnellement nous poussera toujours plus à nous adapter.


La rédaction.