Grand entretien avec Sébastien Diart

Sébastien Diart est directeur général des services de la ville de Fagnières


© P. Thomas

Pourquoi et comment s'engager dans votre métier/fonction ?


Pourquoi ? Ce métier est passionnant ! Vous êtes la personne qui fait la jonction dans tous les domaines, le pilote dans l’avion ! Travailler au quotidien avec le maire, pour accompagner la politique publique définie par les élus et la mettre en œuvre, conseiller, être au service des citoyens et de l’intérêt général, organiser les services publics.

Le métier de Directeur général des services n’a pas de véritable définition reconnue pour le moment, ce qui fait débat depuis des années. Être DGS c’est un ensemble. Un rôle et un positionnement au sein de la collectivité. C’est le poste qui est à la fois moteur et coordinateur de la mise en œuvre des projets au cœur du territoire. Il doit apporter du conseil stratégique et technique dans l’élaboration des politiques publiques et optimiser le fonctionnement de la collectivité en organisant ses services pour être efficients. Il faut être agile, d’autant que nous évoluons dans un écosystème toujours plus contraint (dotations de l’Etat constamment en baisse, exigence accrue des personnes, réformes qui n’en finissent plus etc.)


Personnellement je pense qu’on s’engage dans ce métier par conviction ! C’est un métier de terrain et de proximité où l’envie d’être au cœur de l’action des projets de territoire en étant aux côtés des élus et des habitants est primordiale. C’est aussi l’opportunité d’apporter son regard et ses propositions d’organisation. Améliorer les procédures, les délais de traitements, la conduite du changement etc. même s’il faut parfois imposer de nouvelles méthodes. Mais tout doit se faire dans le respect et la bienveillance. Ce sont des éléments essentiels.


Un DGS doit être capable de rassembler et d’emmener des équipes pluridisciplinaires dans la même direction. Rien n’est possible sans prendre du recul face à de nombreuses situations complexes et sans avoir une capacité d’écoute.

Enfin, il faut connaître tout ce qui peut toucher aux collectivités et aux fonctions publiques (trois versants) et à leur territoire.


A la question comment, il y a de nombreux chemins. J’ai pour ma part un parcours assez atypique. Dans tous les cas, il faudra travailler dur pour y arriver, très souvent passer des concours / examens dans le cadre de sa carrière et faire des formations dans bien des domaines … De nombreux organismes peuvent former et préparer à ce métier. Désormais la loi de transformation de la fonction publique permet plus facilement les recrutements de contractuels pour les grandes collectivités (plus de 40 000 habitants).

Toutefois, je pense sincèrement qu’il faut surtout une appétence pour la fonction publique, aimer la politique et le leadership.


Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?


L’engagement républicain ? Voici une bonne question !

Je dirais que c’est tout d’abord défendre et promouvoir les principes et les valeurs qui fondent la république d’hier et d’aujourd’hui ainsi que notre service public. C’est ce qui définit la France !

C’est aussi apprendre et transmettre le civisme, l’acceptation des différences et de nombreuses valeurs comme le partage de notre république dans chacune de nos actions, de nos projets ou de nos échanges. Et puis surtout, l’égalité entre les femmes et les hommes. Sujet très actuel que la fonction publique (et pas que) a pris en compte depuis ces dernières années dans ses réformes et ses textes permettant un équilibrage des instances, des assemblées, des hiérarchies.

Je pense que la fonction de DGS doit porter ces valeurs et être exemplaire.

En clair, la volonté de favoriser l’émergence d’un engagement citoyen.


Qu'est ce qui vous passionne le plus ?


De nombreuses choses me passionnent dans ce métier de Directeur général des services. Il y a cependant deux points qui ressortent du lot.


Tout d’abord, c’est l’Humain ;

Travailler en collaboration étroite avec le maire, avec le personnel, les politiques ou les prestataires. Véritable interface, vous devez alerter, conseiller et mettre en œuvre les décisions. Je suis au plus proche des citoyens, souvent sur le terrain et donc plus près de ce que j’appelle le véritable service « au public », pour l’intérêt général. Une fonction publique à l'écoute des usagers.

Aussi, Il faut être généraliste et allier des compétences dans de multiples domaines (Management, urbanisme, état civil, juridique, finances, RH, etc). Vous devez traiter quotidiennement de nombreuses demandes au sein de la collectivité – qu’elles émanent des habitants, des agents, des partenaires, etc.

Évidemment, tout cela ne peut se faire sans collaborateurs ou partenaires compétents. Il y a toujours de belles rencontres, des gens passionnés et dévoués. Ce côté relationnel est vraiment primordial.


Le second point c’est l’accomplissement des projets qui vous ont été confiés. Vous avez le sentiment d’avoir été utile. Même si cela peut prendre des semaines, des mois et parfois des années pour que votre dossier aboutisse !

Je peux prendre en exemple l’extension du cimetière de la commune. Ce dossier a mis des années pour arriver à son terme. Qu’il s’agisse de procédures (enquêtes publiques), d’études hydrogéologique, de maîtrise d’œuvre ou de financement, il ne faut rien laisser au hasard. Et je ne vous parle pas des recours au tribunal administratif auxquels vous devez parfois répondre.


En conclusion, ce métier « multi casquettes » ne laisse pas de quoi s’ennuyer. Il n’y a pas de routine. Voilà ce qui me passionne.



Ce journal étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez vous un message à adresser ?


Je pense que si message il doit y avoir, en cette période sanitaire, c’est celui de la bienveillance et de la solidarité.

La crise que nous traversons n’est pas terminée. Je pense qu’il faut tirer des enseignements et adapter nos organisations à la suite de ce que nous venons de vivre. Cette crise a démontré que le service public est essentiel et qu’il faut non seulement le conserver, mais aussi le renforcer.



Bio express en 4 / 5 dates clefs (demande dans le mail)


2001 Entrée dans la fonction publique à la Ville de Châlons-en-Champagne – Direction des Système d’Information en qualité de Technicien Informatique

2009 Région Champagne Ardenne – DSI puis Service Régional de l’inventaire

2016 Chef du service Inventaire et Patrimoine

2018 Région Grand EST (fusion) - Chef de service adjoint de l’inventaire et des Patrimoines

2019 Ville de Fagnières - Directeur Général des services


©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités