Grand entretien avec Rémy DICK

Rémy DICK est maire de la ville de Florange


Crédit photo : Mairie de Florange.

Pourquoi et comment s'engager dans votre fonction ?

Pourquoi s’engager dans la fonction de Maire :

C’est une question de passion et d’engagement politique. Il faut aimer passionnément le travail avec les Hommes. Il faut avoir une foi inébranlable dans la capacité des acteurs publics à changer les choses. Il faut un optimisme et une détermination sans faille pour entraîner la population et les acteurs locaux dans les projets.

Ce qui m’anime c’est l’impression de se sentir utile et d’agir concrètement au service de mes concitoyens. Chacune des réalisations concrètes et des dossiers qui sont engagés amènent à une fierté d’aller dans le sens de l’amélioration du cadre de vie, de l’attractivité de la Ville ou du bien-être général.

Sans cette fierté du quotidien, l’engagement de Maire serait peu attractif.


Qu'est ce que l'engagement républicain pour vous ?

L’engagement républicain correspond au respect de la lettre et l’esprit de la fonction de Maire. Le Maire ne possède ni son siège, ni sa carrière, ni sa Ville et encore moins la population de celle-ci. Son autorité est totale mais temporaire. Il se doit de respecter une certaine incarnation de l’autorité ; mais cette incarnation l’oblige à être l’élu de tous, même de ceux qui n’ont pas voté pour lui. L’autorité n’est pas un pouvoir dont on abuse contre quelqu’un.

L’engagement républicain c’est aussi le respect de la lettre et l’esprit de la loi et de la règlementation. Le Maire est élu auprès des citoyens, mais il est aussi sur bien des sujets un agent à part entière de l’Etat.


Ce journal étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez vous un message à adresser ?

Je souhaite profiter de cette tribune pour répéter ce que bien d’autres élus, maires, ou Présidents de structures publiques ont évoqué avant moi ; je souhaite appeler à un décloisonnement du monde de la fonction publique. Je fais un constat simple après trois années de mandat : le statut de la fonction publique territoriale est aujourd’hui devenu un frein à la réforme de l’Etat et des collectivités territoriales. Ce statut est l’un des principaux responsables de la gabegie financière que connaissent de nombreuses communes.

Depuis bien des années, l’Etat central oblige les communes à se réformer en retirant des subventions publiques. A Florange sur un budget total de fonctionnement de 12 000 000€, l’Etat a retiré depuis 2014 la somme de 1 200 000€ de dotation globale de fonctionnement chaque année. Toutes les communes ont connu des baisses de dotations similaires. Certaines ont décidé d’augmenter en compensation les taux d’imposition, d’autres ont joué le jeu de la réforme et ont fait la chasse à la dépense.

Malheureusement à Florange comme ailleurs le principal poste de dépenses c’est évidemment les frais de personnel. Dans l’état du statut de la fonction publique, l’employeur et le gestionnaire d’une collectivité n’a qu’un levier pour rationaliser ce poste 012 : l’anticipation des départs à la retraite. Ce levier est imparfait et nécessite une stratégie de pilotage des ressources humaines à dix ans pour avoir un vrai poids de long terme sur les finances de la collectivité.

Une collectivité, comme une entreprise est un organisme vivant qui a besoin de se contracter ou de se développer en fonction des enjeux, des besoins, des capacités financières ou des équilibres politiques locaux.

Ce manque de flexibilité du statut actuel, dans la gestion des Hommes et dans la gestion de la collectivité, est un poison lent dans les relations sociales internes d’une collectivité. Il ne permet pas d’apprécier à leur juste valeur les compétences, les envies, les intérêts, les besoins des fonctionnaires territoriaux. Il crée une frilosité du gestionnaire, une peur et il rend définitif l’acte d’embauche qui souvent ne répond qu’à un contexte temporel limité et à un besoin immédiat.

Ce n’est pas le principe de la protection qui est scandaleuse mais la lourdeur administrative qui empêche tout retour en arrière ou toute réforme structurelle.

Par l’application de ce statut, la France fait le choix de la protection du fonctionnaire plutôt que le choix de la qualité du service public.

Il est aujourd’hui nécessaire d’assurer une autonomie réelle de gestion des carrières aux employeurs territoriaux. Faisons confiance aux élus et aux Maires sur leur capacité à gérer leurs équipes dans le bon sens de l’intérêt commun, de la continuité du service public, et dans l’intérêt des particuliers – contribuables.

Arrêtons de croire qu’il est possible d’uniformiser la carrière d’un agent à Paris, à Menton, à Florange ou dans un petit village de campagne.


Bio express:


1994 Naissance à Thionville Moselle

2012 Bachelor Sciences Po Paris

Décembre 2016 – élection par le conseil municipal à la tête de la commune de Florange à 22 ans.

Juin 2018 – Obtention de mon Master Politiques Publiques de Sciences Po Paris

Mars 2020 – Election de la liste Florange en mouvement avec Rémy DICK par la population florangeoise avec 64%.


©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités