Grand entretien avec Olivier Dumas

Olivier Dumas est directeur de cabinet de la ville de Chilly-Mazarin.


Pourquoi et comment s'engager dans votre métier ?


C’est tellement loin…En fait, je serais bien incapable de vous dire à quel moment, je me suis intéressé aux affaires publiques. Dès mon plus jeune âge, j’ai souhaité embrasser le métier de collaborateur de cabinet et la fonction de directeur de cabinet par passion du service public. Le cabinet d’une collectivité est un lieu propice pour apprendre le fonctionnement des institutions et participer à la décision publique.

Après une dizaine d’années d’expérience à cette fonction, et même si la nature de cette activité peut paraître parfois harassante pour l’ensemble des collaborateurs, des conseillers techniques et des directeurs de cabinet, je referais le même choix, en effet l’expérience qui prétend la mise en œuvre de l’intérêt général, combinée aux demandes participatives et aux contraintes : « Décider, c’est choisir », est une expérience spécifique qui demeure enrichissante.


Qu'est ce que l'engagement républicain pour vous ?


150 ans après l’anniversaire de la proclamation de la Troisième République du 4 septembre 1870 : qu’est-ce l’engagement Républicain ? C’est d’abord, nourrir un sentiment commun d’appartenance au triptyque républicain : Liberté, Égalité, Fraternité, à la belle déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, au bloc de constitutionnalité, mais aussi à l’intériorisation d’un passé issu de l’héritage de l’histoire, « faire nation » qui nous oblige, à construire, un futur qui nous transcende et nous dépasse.

Qu'est ce qui vous passionne le plus ?


Sans l’ombre d’une hésitation, les enjeux territoriaux (avec le pilotage en mode projet) et les politiques publiques structurantes permettant de répondre aux demandes de nos concitoyens, mais aussi de dégager des perspectives et de faire émerger l’attractivité d’un territoire. Intégrer le cabinet d’une collectivité dont le cap se bornerait à la gestion pure et dure, sans perspectives n’a jamais guidé mes choix professionnels. J’ai toujours eu la chance d’accompagner des exécutifs qui impulsent des politiques de développement ambitieuses et choisissent de faire de leur territoire une terre de création.


Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez vous un message à adresser ?


La crise sanitaire actuelle conduit à clarifier davantage les rôles de chacun entre les élus locaux et les agents de la fonction publique. Faire ensemble pour mieux vivre-ensemble : les premiers sont désignés par le peuple, ils assument les choix collectifs formulés, et les seconds, l’aide à la décision et à sa mise en pratique. Au-delà de cette dichotomie, il faut aujourd’hui, optimiser les relations élus, cadres administratifs et citoyens, et faire l’effort de déployer de nouveaux cadres participatifs pour répondre aux demandes des administrés, qui parfois se sentent peu agrégés au projet de la collectivité.


Sur le plan de l’action, il faudrait aussi proposer un nouveau pacte girondin, décloisonner les méthodes en silos, mutualiser les moyens entre les collectivités pour impulser un temps d’avance, amplifier les partenariats Public-Privé et répondre aux fractures territoriales exprimées auxquelles les leaders politiques de demain auront l’obligation d’accompagner s’ils ne veulent pas que le ciment si fragile du vivre-ensemble ne vole en éclats.


La rédaction

©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités