Grand entretien avec Maxime Morel

Maxime Morel est Chef du service Communication de la ville de Tourcoing.


Pourquoi et comment s'engager dans votre métier ?


L'engagement dans son métier ou fonction relève avant tout d'un sentiment d'attachement et forcément de loyauté envers son entreprise et dans mon cas de sa collectivité. Pour ma part, il s'agit en premier lieu du sens du service public, c'est-à-dire incarner les valeurs de la fonction publique (continuité du service, égalité de traitement et neutralité), toujours respecter les règles de déontologie de l’agent public et surtout servir l'intérêt général. Le tout au sein d’un formidable collectif qu’est la collectivité, constituée de profils différents mais tous complémentaires. M’engager dans ma fonction c’est avant tout mettre l’humain au centre de mes préoccupations et œuvrer à la nécessaire transformation des collectivités !



Qu'est ce que l'engagement républicain pour vous ?


L’engagement républicain peut se traduire par une adhésion à des valeurs et à des symboles. Il accompagne la citoyenneté comme image d’un engagement individuel dans la vie publique et la communauté politique au travers des élections notamment.

Cet engagement doit s’appuyer sur un socle commun porté par un collectif rassemblant les citoyens par delà les différences sociales, territoriales, religieuses ou ethniques.

Et c’est bien là le rôle que doivent jouer les collectivités territoriales : renforcer ce sentiment d’appartenance pour, ensemble, combattre les fractures territoriales (l’illectronisme par exemple), lutter contre la misère (particulièrement accrue en cette période troublée dû à la Covid) et affronter la montée en puissance des communautarismes de toutes sortes.



Qu'est ce qui vous passionne le plus ?


L'innovation et tout ce qui touche à la transition numérique des territoires !


J'éprouve un grand plaisir à me dire que je développe au quotidien des actions à destination de tous les publics (externes et internes) au travers de pratiques nouvelles comme le design de services ou l’agilité des processus, qui permettent désormais d’intégrer le citoyen à nos réflexions pour participer le plus efficacement à la valorisation des politiques publiques et répondre à mon devoir de service public.


Il s’agit pour cela d’être pragmatique et toujours privilégier l’usage à l'outil. Nous avons désormais des outils puissants comme l’exploitation des données (Open et Big data) pour rationaliser les coûts et nous permettre de trouver des réponses au plus près des préoccupations citoyennes.



Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


A l’heure où les collectivités territoriales font face à de nombreux défis (managérial et technologique), la prise en compte des nouveaux usages, la résilience et l’agilité doivent être considérées comme les clés pour concrétiser la stratégie de transformation des territoires. Favoriser une stratégie inclusive, participative et durable doit être au cœur des préoccupations !

Comme le rappelait l’« Oncle Ben » (NDLR : l’oncle de Peter Parker alias Spiderman) : « Un grand pouvoir, requiert de grandes responsabilités » : il faut garder à l’esprit que nous accompagnons des institutions parfois séculaires !


Nous devons garder comme objectif principal de servir le citoyen et le territoire que nous accompagnons quelque soit son échelle et sans distinction d'origine, de race, de sexe, d'orientation sexuelle, d'identité de genre, d'état de santé, de handicap ou de religion, comme le précise l’Article 1 de la Constitution.


La rédaction