Grand entretien avec Mathias Lucien Rapeaud

Mathias Lucien Rapeaud est directeur de la communication de la ville d'Asnières-sur-Seine.


Pourquoi et comment s'engager dans votre métier ?


La direction de la communication a pour objectif de délivrer des messages, d’informer la population, sur les évènements, activités, projets de la collectivité ou encore sur des sujets plus officiels. Elle est un service support, transversal. Par essence, nous travaillons donc avec l’ensemble des services et des élus, en lien étroit avec le maire et son cabinet, et le Directeur général des services.

Aussi, outre de connaître les outils, les supports à disposition (papier comme numérique), et les leviers de la communication, il importe de posséder une fibre pour le territoire, une accointance pour le politique, pour l’intérêt général, pour le service aux citoyens, et d’être particulièrement disponible.

L’exigence, un bon rétro planning, une gestion précise au quotidien, une bonne relation avec les services et les élus participent bien entendu fortement à la réussite des projets de communication en collectivité. Avoir eu une expérience en agence de communication me sert au quotidien.


Qu'est ce que l'engagement républicain pour vous ?



Chaque jour, dans chaque projet que nous réalisons, nous devons nous rappeler notre responsabilité face à l’information diffusée, une « éthique du devoir », et l’objectif de notre engagement, de notre mission : servir l’intérêt général de notre pays, de notre territoire, porter les valeurs de la République, de notre destin collectif, en conseillant les élus et les services, en lien avec les parties prenantes ; et répondre justement aux attentes, dans l’objectif de donner l’information juste, utile, attendue. Une communication qui permet de participer à créer un environnement toujours plus serein, sécurisé, pratique, répondant aux usages pour faciliter le quotidien de chacun, et qui sert notre quête d’un vivre ensemble apaisé.



Qu'est ce qui vous passionne le plus ?



Réfléchir aux stratégies à mettre en oeuvre, selon les projets et l’action publique ; en particulier devancer les attentes des élus, des services, avoir un temps d’avance, sur les exigences, les « nouveautés » dans l’air du temps, et les adopter au territoire, à nos différents cibles.



Ce journal étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez vous un message à adresser ?


La communciation est essentielle, évidemment. Il ne faut cependant pas trop en user. Il s’agit d’informer avec justesse les citoyens. Trop en faire dessert le message et l’objectif même d’informer. Le message doit rester simple, clair… un subtil équilibre qui passe nécessairement pas se mettre à la place de l’usager.

Enfin, il est important de savoir correctement délivrer le bon message à la bonne cible. À l’heure de l’intelligence artificielle - IA, de la multiplication des réseaux sociaux et des supports, il nous faut œuvrer stratégiquement pour cibler intelligemment, sans quoi nos messages, notre travail font chou blanc et se diluent totalement !



De notre responsabilité sur les questions de developpement durable, de protection des données


Sensibilisé depuis longtemps à ces questions, localiste engagé, je m’appuie autant que possible sur les acteurs locaux, tout en cherchant à les valoriser.

Coté numérique, à l’heure des « data », il est primordial d’utiliser des outils évitant les Gafam, en faisant appel par exemple à des « clouds » français (OVH plutôt que Google Drive), à un moteur de recherche européen comme Qwant, à un outil de transfert de fichier tel que Fromsmash plutôt que WeTransfer, au système de vidéoconférence Jitsi plutôt que Zoom, etc. Il existe d’excellentes solutions européennes et françaises, nombreuses sont même libres, à nous de valoriser nos ambitions et innovations locales, et de protéger nos données. Les collectivités ont un devoir d’exemplarité.



Bio expresse


1997 : Débuts à Paris dans l’organisation de salons professionnels et grand public.

2003 : Agence conseil en stratégie d’entreprise et en communication. Comité norme ISO 20121.

2014 : Métropole de Nancy, en charge de l’attractivité, du tourisme (loisir et d’affaires).

2017 : Vichy et son agglomération, en charge de la communication et de la stratégie d’attractivité.

2019 : Arrivée à Asnières, ville conviviale de 86000 habitants, avec un château XVIIIe, le cimetière des chiens, la Route Signac... et de nombreux sièges sociaux !


La rédaction