Grand entretien avec Marianne BRUNET

Marianne BRUNET est Directrice Générale des Services de la ville d'Ille Sur Tet.


Pourquoi et comment s'engager dans votre métier/fonction ?

En ce qui me concerne, c’est au départ par hasard ! Sportive et originaire de la montagne catalane, je souhaitais devenir professeur d’EPS en collège ou lycée.

C’est un accident de ski et une opération au genou qui m’ont fait bifurquer vers le Génie de l’environnement puis l’aménagement du Territoire.

Je me souviens avoir écrit, comme motivation dans mon dossier de candidature après le bac : accéder à un métier qui me permette de concilier protection de l’environnement et développement local.

Au final, dans une Communauté de Communes puis une commune, c’est le rôle d’un directeur général des services : développer un territoire, dans un souci de protection de notre milieu, au service bien-sûr de ses habitants.

Après un bac + 5 dans le développement local, l’urbanisme et le paysage, j’ai trouvé un poste dans une association de communes, nouvellement créée dans l’espoir de développer la coopération intercommunale.

Et puis, j’ai passé des concours, une Communauté de Communes est née, etc.

Ma seconde vie, pour raison familiale, se passe dans la plaine catalane, dans une petite ville formidable de richesses patrimoniales. La population y est attachante et les projets de développement nombreux.



Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?


Même si ces termes conviennent mieux pour décrire l’engagement des élus, il s’agit du sentiment d’appartenance à la France, au pays des droits de l’Homme.

L’engagement républicain se traduit par une adhésion à des valeurs. Là encore, il repose sur un projet commun et un destin collectif rassemblant tous les citoyens, au-delà de toute différence sociale, territoriale, religieuse et ethnique.

Avec la crise sanitaire que nous traversons, cet engagement est encore plus fort. La fracture sociale est encore plus présente, les habitants souffrent par manque de travail, de salaire, par peur de la maladie, et désormais à cause du confinement qui reste nécessaire mais dur à vivre pour tous.

Une mairie se doit d’être présente, rassurante, et d’apporter son concours dès qu’elle le peut.


Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?

Voir mon territoire évaluer, s’aménager. Voir des projets se concrétiser…

Mon âme d’agent de développement s’exprime… c’est réellement passionnant de réfléchir sur la mise en œuvre d’un projet, d’analyser sa faisabilité, de concerter avec les utilisateurs, les riverains, etc.., de monter les programmes financiers, de choisir des partenaires techniques puis enfin de voir le projet sortir de terre ! N’oublions l’évaluation des réalisations, car nous pouvons toujours améliorer et adapter.


Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?

Difficile d’adresser un message, car je ne porte très certainement pas la bonne parole ! Chaque territoire, chaque commune est différente. Le contexte économique, politique, environnemental, etc… influencent nécessairement les réalisations et les partenariats.

Sans recette miracle, je crois cependant qu’un territoire ne peut se développer qu’avec des femmes et des hommes passionnés, investis pour le bien-être de la ville et de ses habitants.

On entend souvent parler d’un tandem Maire – DGS.

Je pense qu’il vaudrait mieux parler d’équipes de décideurs et d’opérateurs, au service d’une population qui en a bien besoin. Un Maire n’est rien sans son conseil municipal, un DGS n’est rien sans son personnel et l’ensemble n’est rien sans habitants !!


La rédaction

©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités