Grand entretien avec Igor Manfredi

Igor Manfredi est chef de cabinet de la Mairie de Décines-Charpieu.


crédit photo @EléonoreM

Pourquoi et comment s'engager dans votre métier?


L’envie de s’engager est venue assez tôt avec un intérêt prononcé pour la politique, en voulant me sentir utile pour la société. Intégrer le cabinet d’une collectivité n’était pas un objectif de carrière à l’origine, mais une suite à mon engagement en politique en parallèle de mes études d’Histoire. Après plusieurs années de militantisme, j’ai eu la chance de recevoir une proposition d’intégrer le groupe politique Les Républicains au Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, une offre excitante qu’on ne peut refuser ! Après plusieurs années à travailler au Conseil régional, tout d’abord au groupe politique puis en tant que chargé de mission de la Vice-présidente à l’Economie, j’ai souhaité découvrir une nouvelle collectivité avec de nouveaux objectifs. J’ai donc postulé au cabinet de Décines-Charpieu, commune de 30 000 habitants dans la Métropole lyonnaise. Devenir collaborateur de cabinet est une véritable aventure, nous devons être très polyvalents. Il n’y a donc pas une voie privilégiée pour intégrer un cabinet, nous rencontrons des profils très différents.


Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?


L’envie d’agir pour la cité ! L’engagement républicain c’est travailler pour le collectif, avoir conscience d’appartenir à une Nation et de vouloir participer à son avenir. Pour ma part, je vis cet engagement au quotidien auprès des élus en souhaitant transformer et améliorer notre commune pour l’ensemble des habitants. Nous vivons aujourd’hui une véritable crise de l’engagement républicain avec une hausse de l’abstention, un désintéressement de la politique et un sentiment d’appartenance à la Nation de moins en moins important. L’engagement républicain peut bien sûr se traduire de multiples manières (éducation, associatif, politique…), mais il passe forcément par une volonté ferme de vouloir participer au destin de notre pays. L’individualisme est une impasse de la société contemporaine…


Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?


De devoir trouver des solutions malgré l’ensemble des contraintes d’une administration : c’est un véritable moteur de créativité ! J’apprécie notamment deux thématiques :

  • L’économie ; grâce à mon expérience professionnelle j’ai pu constater que certaines collectivités ont un retard important sur la stratégie de développement économique de leur territoire ;

  • La responsabilité sociétale ; en tant qu’acteurs publics nos actions ont des conséquences dans plusieurs domaines (économiques, sociales, environnementales…). Il est d’actualité de rendre des comptes sur la partie environnementale, mais les autres sujets sont tout aussi fondamentaux. Si nous vivons actuellement une crise écologique, nous rencontrons aussi une profonde crise sociale.



Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


Les collectivités, au travers des élus et des cadres territoriaux, ont un rôle très important pour renouer la confiance des Français envers les institutions. Nous devons renforcer les liens de proximité pour redonner du sens à la République. Je suis persuadé qu’une des solutions de la crise démocratique que nous vivons aujourd’hui passera par les élus locaux.


La rédaction