Grand Entretien avec Hermano Sanches Ruivo

Hermano Sanches Ruivo est Adjoint à la Maire de Paris en charge de l’Europe.


@ Rosa Nunes

Pourquoi et comment s'engager en tant qu'adjoint au maire ?


En fait, c’est le monde associatif qui m’a fait croiser l’engagement politique. Issu de la société civile, j’étais très actif dans la promotion de ma double culture portugaise et française. Militant d’une Europe comme « maison commune » et comme défense du haut degré de civilisation qui est le nôtre, j’ai répondu avec enthousiasme à l’invitation de Bertrand Delanoë de rejoindre la ville de Paris en 2008. Anne Hidalgo, élue maire en 2014, a encore renforcé cette dimension. Depuis, les actions européennes sont partout : de l’éducation à la citoyenneté ; de la culture à la défense des droits humains. La question de la transition écologique est également devenue une part essentielle de l’engagement européen de la ville de Paris. Face au défi climatique, nous sommes en train de créer de nouvelles solidarités entre villes européennes. Grâce à Anne Hidalgo, Paris joue un rôle moteur dans ce mouvement. Les 10 et 11 décembre prochains, Paris accueillera d’ailleurs les cinq ans de la COP21. Cet événement aura une forte dimension européenne.

Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?


Je suis un père de famille plein d’espoir, mais aussi, inquiet face à certaines évolutions de nos sociétés. Il est primordial de maintenir la cohésion de celles-ci et de réfléchir, collectivement, au sens de nos actions pour le monde que nous laisserons demain à nos enfants. La République, nos institutions, notre vivre-ensemble, doivent être guidés par le souci de faire de « l’Humain » la boussole absolue des politiques publiques. Je suis également attaché au respect des règles communes. La République, étymologiquement, suppose cette « chose commune ». C’est le rôle de chaque génération de recréer du «commun ». J’aime beaucoup la célèbre citation selon laquelle « les hommes construisent trop de murs, et pas assez de ponts ». Ce constat, qui est à l’origine même du projet européen, est plus que jamais d’actualité…

Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?


Le plus ? Ma famille, mes amis et les voyages. Sinon, je suis véritablement habité par la construction d’une Europe dont je sais qu’elle est la meilleure, sinon la seule façon de faire avancer notre modèle social, de rattraper notre retard sur les échéances climatiques, de prévenir les conflits à venir. Cette Europe, j’y pense 24heures sur 24, 7 jours sur 7. Elle seule est capable de donner à notre jeunesse, au travers de l’éducation, de la mobilité – pensons à Erasmus !-, un horizon à la hauteur du monde actuel. C’est également un espace de paix fragile et donc précieux qu’il faut préserver à tout prix.

Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


La France ne serait pas la France sans l’énorme travail fourni par les villes et nos collectivités territoriales. Rien de tout cela ne serait possible sans l’implication des agents territoriaux. Alors que les collectivités sont souvent décriées par le gouvernement actuel, je veux rendre hommage aux femmes et aux hommes qui s’investissent pour faire vivre le service public au niveau local. En tant qu’élu, je suis très attaché à la défense des villes pour leur permettre d’être au service des habitants. Les élus locaux ont aussi un rôle à jouer pour cela. Ma priorité : m’adresser aux plus jeunes pour qu’ils aient eux aussi envie de s’investir au service des autres.


La rédaction