Grand entretien avec Gaëtan Seznec

Gaëtan Seznec est Directeur de cabinet ville de Dinan.



Pourquoi et comment s'engager dans votre métier ?


C’est un métier confidentiel. Peu de personnes connaissent notre quotidien et les missions que nous occupons. Chaque métier est un chemin de vie. Je n’aurais jamais imaginé en achevant mes études devenir quelques années plus tard Directeur de Cabinet. Je ne savais même pas que ce métier existait.

Personnellement c’est ma rencontre avec Jean-Yves de Chaisemartin (ancien Maire de Paimpol et Vice-Président du Conseil départemental) qui m’a permis de m’en imprégner. J’ai découvert le métier dans le cadre d’un remplacement puis j’ai gravi les échelons jusqu’au poste de Directeur de Cabinet. Je lui dois beaucoup et notamment de m’avoir permis de comprendre, qu’à l’échelle d’une commune, tout est possible. On a de la prise sur la vie des gens, sur la vie de la commune et on peut changer les choses avec du travail, du temps et une volonté de fer (ou de faire).

A mon sens, il n’y a pas d’école pour apprendre ce métier. Chaque parcours est différent. Bien entendu, l’implication dans un parti politique reste le moyen le plus sûr ou le plus rapide. Je n’ai jamais été encarté. C’est la preuve que d’autres passerelles sont possibles. Faire les bonnes rencontres est primordiale.

Comme toutes les personnes qui exercent un métier dans une collectivité territoriale, nous savons pourquoi nous nous levons le matin. Chaque jour, nous travaillons pour faciliter la vie des citoyens et faire fonctionner notre collectivité. C’est le même constat pour un Directeur de Cabinet.

Qu'est ce que l'engagement républicain pour vous ?


Je suis Directeur de Cabinet d’un Maire. Accompagner quotidiennement un élu pour le plus beau des mandats et ce dans les bons et surtout dans les mauvais moments relève déjà de l’engagement Républicain !

Faire respecter les règles de la République est un sujet majeur. Dans mon rôle de conseil, je n’oublie jamais que nous devons être les garants de l’équité et de la concorde entre les habitants. Nous devons pondérer les excès et niveler les inégalités. Si nous pouvions tous agir dans ce sens, notre République en serait apaisée.

Le Maire pour lequel je travaille aujourd’hui a de très grandes valeurs humaines. C’est un confort quotidien que de pouvoir compter sur cette hauteur de vue.

Je travaille énormément pour que notre collectivité fonctionne. Chaque jour, nous réglons des problèmes, nous accordons des divergences. C’est parfois le fruit de frustrations, de quelques engueulades aussi, mais c’est un aspect essentiel de ce métier. Le supporter et prendre sur soi ces crispations, c’est une partie de mon engagement pour mon territoire.

Qu'est ce qui vous passionne le plus ?


En premier lieu, c’est de travailler avec des personnalités uniques. On ne devient pas Maire ou Président d’une collectivité par hasard. Ces hommes ou ces femmes ont des qualités intellectuelles ou un caractère qui rendent une collaboration passionnante et enrichissante. Il faut s’en nourrir.

En second lieu, j’ai toujours travailler dans des villes considérées comme petites car je souhaite avoir de la prise sur la vie de la commune, sur les décisions, sur les projets qui sont menés. Je ne souhaite pas que le côté politique de mon métier prenne l’ascendant. Ma mission est de faire respecter la volonté du Maire et pour cela j’aime aller sur le terrain et travailler de façon constructive avec les services.

J’aime également la transversalité. Je n’aurai pas été capable de me concentrer sur un volet unique tel que les finances ou les ressources humaines. Aujourd’hui, je travaille sur une très grande variété de sujet et je participe à la prise décision dans tous les domaines. C’est une chance incroyable que je mesure chaque jour.

Enfin, j’ai eu l’opportunité de travailler pour des villes passionnantes. Paimpol en Bretagne, la Ville ou je suis né, Epernay, la Capitale du Champagne dans la Marne, et désormais Dinan, qui est une ville médiévale magnifique qui a conservé son authenticité. Je suis chanceux !

Ce journal étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


C’est difficile d’adresser un message cohérent. Nos situations professionnelles et celles de nos collectivités sont tellement différentes les unes des autres. Nos capacités financières, nos territoires, notre encadrement hiérarchique rendent nos situations incomparables les unes aux autres.

Chaque jour, nous menons des projets à terme, nous accompagnons la population et nous remplissons des missions de service public essentielles à la vie de nos concitoyens. Chaque jour, nous améliorons leur quotidien et cela doit être notre moteur.

Je crois que nous devons surtout être fiers de ce que nous réalisons quotidiennement dans nos collectivités. Les conditions dans lesquelles nous œuvrons sont complexes. Les ressources financières se raréfient d’une part, mais le contexte social dans lequel nous évoluons rend nos concitoyens très ou trop exigeants. La défiance continue de monter à l’égard des hommes politiques et du secteur public. Ce n’est pas mérité et j’espère que nous saurons inverser la tendance.

La crise que nous avons traversée a démontré la légitimité de l’échelon communal et nos compétences pour faire face et surmonter les plus grandes difficultés. Nous avons fait ce que beaucoup n’attendaient pas des collectivités avec une adaptabilité hors du commun dans les conditions qui nous ont été imposées. Ayons confiance en nous !

Dates clefs

13 mars 1983 : Naissance

Juillet 2010 à janvier 2011 : Collaborateur du Maire de Paimpol (22)

Septembre 2011 à septembre 2014 : Assistant au service Proximité du cabinet du Maire de la Ville d’Epernay (51)

Janvier 2016 à décembre 2017 collaborateur de cabinet et responsable du service Proximité de la Ville d’Epernay (51)

Décembre 2017 jusqu’à aujourd’hui : Directeur de cabinet et de la Communication de la Ville (22).

La rédaction