Grand entretien avec Daniel Durbecq

Daniel Durbecq est Maire de Revin

Pourquoi et comment s'engager dans votre fonction ?

Chef d’entreprise, pendant plus de 30 ans, dans ma ville de Revin, je souffrais beaucoup d’être réduit au stade d’observateur d’une situation politique où les dogmatismes l’emportaient sur le réalisme et l’efficacité.

Ulcéré de voir ma ville mal gérée, de voir ses nombreux potentiels négligés, de constater que les intérêts partisans priment les intérêts des citoyens, j’ai décidé, avec une équipe d’amis qui partageaient mes constats, de me lancer en 2014 dans une aventure dont l’issue n’était pas évidente après des décennies de dogmatisme et de gabegies.

Aujourd’hui à l’aube d’un second mandat, je ne peux que constater que le choix des Revinois, fait il y a 6 ans, était justifié, et je ne peux que les remercier du renouvellement de leur confiance.


Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?

Si je puis me permettre, un engagement Républicain, certes, mais aussi démocratique!

Démocratique, car choisi librement par les citoyens dans le cadre d’une élection.

Et croyez-moi ce n’est pas si évident dans une ville sclérosée par des idéologies qui avaient démoralisé les électeurs et les avaient détourné du « débat public''.

Républicain, car soucieux d’exercer impartialement les pouvoirs qui nous ont été confiés.

Là encore ce n’est pas évident quand l’opposition ne se manifeste que de façons négatives, non-constructive et refuse de quitter le stade de la campagne électorale.

Il est vrai que cette forme de « négationnisme »touche même une grande démocratie comme les États Unis…


Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?

Nombreuses mais simples.

Je pourrais vous dire, comme tout le monde ou presque, le football ou la gastronomie bien sûr!

Mais en fait non... Ma première, ce sont les êtres humains, mes concitoyens!

Un jour pour provoquer les journalistes, et ça a marché, j’ai déclaré que “je m’engageais car je craignais de m’ennuyer” ! Vous pouvez imaginer les réactions...

Ce que je voulais dire de façon modeste, c’est que je tenais à me mettre au service des Revinois, de mettre mon expérience d’entrepreneur et de gestionnaire au service des femmes et des hommes de ma ville.

Ce qui me passionnent également ce sont les valeurs de la République, des valeurs en danger, dont la sauvegarde, la transmission, la défense passent d’abord et surtout par la modeste mais fondamentale échelle municipale.

La liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité, le refus de toutes les discriminations sans exception, sont mes passions.

Certes ces valeurs doivent être inculquées, dès le premier âge, au sein de l’éducation nationale, mais elles doivent être aussi promues, appliquées, défendues par tous les élus et tous les citoyens au quotidien.

Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?

Je voudrais simplement les remercier et les féliciter pour leurs engagements au quotidien aux services des citoyens.

La tâche des élus est de plus en plus complexe et relève quasiment du sacerdoce !

Mais c’est aussi une tâche noble qui contribue, par petites touches, au bonheur des Français. Certes l’ingratitude prime toujours sur la reconnaissance...

C’est Robert Badinter qui a inventé le “devoir d’ingratitude”. Une jolie formule qui doit être aussi notre moteur dans l’action et l’innovation!

Et puis Frédéric Dard disait : “l’ingratitude est un gain de temps” ...

Alors gagnons du temps : agissons!