Grand entretien avec Christine Bonelli

Christine Bonelli était directrice de la communication de la ville de Lunel.


Pourquoi et comment s'engager dans votre métier?


S’engager dans les métiers de la communication implique à mon sens d’être curieux et d’avoir des aptitudes naturelles pour les sciences humaines, la sémiologie, les Technologies de l'information et de la communication, la stratégie et l’actualité. Celui qui sait écouter, qui a des idées et qui sait les valoriser par l’image et le discours à ce qu’il faut pour être ou devenir un communicant et faire valoir le message d’un dirigeant d‘entreprise ou d’un élu.

Sur le terrain, c’est être ultra disponible. C’est être aussi capable d’avoir une vision globale du projet et de l’inscrire dans une stratégie, avec des moyens humains et financiers, tout en tenant compte de diverses contraintes (techniques, calendaires et juridiques) et de nécessités (opérationnelles, rédactionnelles, typographiques, graphiques et relationnelles). C’est également accepter de se remettre en question, d’intégrer sans cesse de nouveaux outils et/ou concepts et de s’adapter rapidement, par exemple en gérant une « crise » à une époque où nos journées sont rythmées par l’instantanéité.



Qu'est ce que l'engagement républicain pour vous ?


Au sens strict, l’engagement républicain est l’adhésion à des valeurs et à des symboles communs. Il repose sur un projet collectif qui rassemble les citoyens au-delà des différences (sociales, territoriales et ethniques). Pour moi, l’engagement républicain permet de vivre ensemble et d’évoluer ensemble vers des buts communs. Il est fédérateur, il évite les fragmentations et les dérives, il garantit la paix sociale.


Qu'est ce qui vous passionne le plus ?

Les métiers de la communication sont des métiers passionnants et diversifiés. Les « marronniers » existent bien sûr, comme dans tous les métiers.

Reste que :

- vous êtes sans cesse au cœur de l’information et des décisions - Il vous faut réagir rapidement et de façon pertinente

- vous avez des collaborations très diverses et stimulantes, internes et externes (personnalités, élus, journalistes, techniciens, prestataires, associations, citoyens, etc.)

- vous apprenez et construisez au contact des élus

- vous pilotez une équipe qu’il est bon de voir grandir

- vous travaillez en transversalité avec des services, chacun vous apportant des informations différentes

- vous collaborez avec des prestataires qui complètent vos savoirs-faire - vous renseignez les citoyens

- vous participez à l’animation de la ville ou du territoire

- vous utilisez des supports et outils (Print et Web) qui vous obligent à vous adapter sans cesse

En bref, c’est un métier très enrichissant.



Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez vous un message à adresser ?

La communication étant devenue aujourd’hui indispensable, il vous faut travailler en pleine coopération avec votre communicant. Il est important d’entretenir avec lui un rapport de confiance.

Le communicant doit être associé au(x) projet(s) dés le départ. Pourquoi ?

- Parce que pour faire connaître et faire valoir un projet, il faut bien le cerner pour aller à l’essentiel, éviter les erreurs et les oublis et ne pas se perdre dans les détails. De plus, tout est relié : il faut avoir une vision globale du projet de l’entreprise ou de la collectivité et l’inscrire dans une stratégie, avec des méthodes et des moyens que le communicant maîtrise. La stratégie déployée sera d’autant plus efficace que les objectifs recherchés auront été clairement exprimés et bien compris

- Parce que le communicant est un filtre. Il apporte un œil extérieur. Du fait qu’il travaille en transversalité avec les élus et les services, tout en étant au contact du citoyen, il est une mine d’informations qui peut vous aider à orienter vos projets et à défendre vos dossiers.


*Technologies de l'information et de la communication


La rédaction