Grand entretien avec Céline Henriques.

Céline Henriques est DGA & directrice de la communication de la ville de Fontenay-le-Fleury.


Pourquoi et comment s'engager dans votre métier ?


Après des études d’histoire et un détour par l’édition et le journalisme je suis rentrée dans le service public grâce à une rencontre avec les élus de Fontenay-le-Fleury qui recrutaient pour leur service Communication. Les qualités d’un directeur de la communication n’étant pas spécifiques à ce métier, j’ai appris très vite à évoluer dans cette fonction. Les qualités relationnelles, la polyvalence et la capacité d’organisation sont essentielles même si la culture politique, la facilité rédactionnelle et la créativité sont indispensables pour répondre aux besoins du poste. Le passage par les traditionnels concours, Attaché territorial pour mon cas, est un gage d’ouverture à la culture publique même si le concours reste très (trop) administratif. Au fil des années, je me suis également formée au métier de Directrice de l’Action culturelle auprès du CNFPT avant qu’on ne me propose de devenir Dga pour les secteurs Petite enfance, Enfance et Jeunesse.

La communication publique est un métier passionnant et multiforme : informer, expliquer valoriser les politiques publiques, mettre en valeur les talents locaux grâce à des médias en constante évolution et des équipes pluridisciplinaires. C’est un métier exigeant car nous exposons au quotidien l’image de notre collectivité. Nous sommes aussi conseil pour l’aide à la décision dans bien des domaines. Quant au poste de DGa, il m’a permis de porter un œil neuf et complètement extérieur sur les secteurs dont j’ai la charge. C’est un vrai poste de manager de cadres.


Quelle sont les valeurs nécessaires à ces fonctions ?


Intégrer le service public nécessite d’adhérer aux valeurs républicaines et à ne se laisser guider que par l’intérêt général. La continuité et l’adaptabilité sont inhérentes à un service communication. Pas de rupture dans l’information, particulièrement en période de crise comme nous en traversons. Et sur les réseaux sociaux nous sommes bien souvent sollicités le soir et le week-end, tout comme pour la communication événementielle. Neutralité du traitement de l’information ou encore loyauté envers le maire sont des valeurs qui nous portent.


Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?


Être au service des gens, de l’humain, des habitants de la ville quels qu’ils soient. Nous avons une vision à 360° sur la vie de la ville et la collectivité. Le service communication travaille aussi au quotidien en transversalité avec l’intégralité des services de la ville. Rendre visibles les services opérationnels est l’un des objectifs de la communication interne trop souvent laissée de côté et qui pourtant est un formidable outil à disposition des Ressources humaines.

Enfin, nous sommes dans l’expérimentation permanente de nouveaux outils de communication, de gestion, de mutualisation des services, d’optimisation du service rendu au public pour faciliter la vie des habitants. Il faut savoir innover et penser à demain, c’est l’un des principes du service public, savoir s’adapter en permanence.


Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


Sans doute de s’écouter davantage. Elus, faites confiance à vos directeurs, ce sont de vrais professionnels qui expérimentent au quotidien et sont proches du terrain. Engagés, ils connaissent leurs dossiers et sont de vrais atouts pour mener à bien vos politiques. Prenez soin également des équipes de terrain. Ce sont des ressources humaines précieuses qu’il faut valoriser.


La rédaction

©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités