Grand Entretien avec Arnaud Ngatcha

Arnaud Ngatcha est Adjoint à la Maire de Paris en charge de l’International et de la Francophonie.



Pourquoi et comment s'engager en tant qu'adjoint ?


Mon engagement repose avant tout sur mon désir de servir – en l’occurrence ici ma ville – et d’essayer modestement d’apporter ma pierre au projet défendu par Anne Hidalgo lors de sa réélection.

Pour la première fois, à l’occasion ces dernières élections municipales, j’ai accepté de franchir le pas et de m’engager en politique, car je me sentais en phase avec le projet d’Anne Hidalgo ; celui d’un Paris écologique, social et solidaire.

Par ailleurs, j’ai une profonde admiration pour la femme politique qu’elle est. C’est une humaniste qui lutte contre les stéréotypes et les injustices. Je suis fier de m’être engagé à ses côtés.

Depuis mon élection comme Conseiller de Paris, puis Adjoint à l’International et à la Francophonie, je tâche d’être le plus efficace possible chaque heure, chaque jour, chaque semaine que je passe à accomplir mes fonctions.

Je sais que je dois accomplir des projets, mener des actions pour le bien être des Parisiennes et Parisiens.

Je dois me montrer digne de la confiance que les électeurs m’ont apportée en m’élisant et que la Maire de Paris a placée en moi.


Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?


La République est notre bien commun. « Indivisible, laïque, démocratique et sociale, elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». Voilà ce que nous dit le premier article de la Constitution de 1958, et ce en quoi je crois profondément.

Cet article dit aussi que l’organisation de la République est décentralisée. Et c’est en cela qu’être un élu local a du sens pour moi, parce que cela signifie être au plus près des gens et des problématiques, s’en faire le témoin, le relai et le défenseur auprès des institutions.

S’engager pour la République, c’est chercher à être utile aux autres à la place qu’on estime la plus juste, la plus adaptée. Aujourd’hui je suis Adjoint à la Maire de Paris en charge des Relations internationales et de la Francophonie, mais je suis d’abord Conseiller de Paris, et avant tout conseiller du 9e arrondissement. Tout cela n’est pas incompatible, bien au contraire. Ce sont des expériences qui se complètent et se nourrissent les unes les autres.


Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?


La politique est passionnante ! Elle peut véritablement donner un sens à la vie. Je ne parle pas des jeux de pouvoir et des postures politiciennes, qui ne peuvent apporter de satisfaction durable. Je parle de la politique qui défend des valeurs, promeut des idées, insuffle le changement.

Et puis il y a les médias, qui sont pour moi un formidable vecteur d’information et de sensibilisation. Comme Adjoint à la Ville de Paris, je puise dans mon expérience d’homme de médias pour transmettre les messages importants et faire qu’ils atteignent les gens, qu’ils leur donnent envie de réagir, et de s’engager à leur tour.



Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


Mon message serait : « encouragez la diversité ». Il me semble essentiel que les représentants et responsables politiques soient à l’image de la société française : avec des parcours différents, des sensibilités différentes, et bien sûr des personnalités différentes. L’entre soi n’est jamais bon, surtout pas quand on prétend œuvrer pour l’intérêt général. Nul besoin d’être issu du sérail pour faire entendre sa voix. En politique comme ailleurs, toutes les voix comptent : celles des femmes, celles des jeunes et celles des « minorités visibles » en particulier. Et je suis fier d’appartenir à une équipe, celle d’Anne Hidalgo, qui donne la parole à toutes ces voix.


La rédaction

©2019 - Le Mag des Territoires est une marque du Groupe : DELBOPRESSE      Mentions légales et confidentialités