Grand entretien avec Alexandre MANÇANET

Mis à jour : janv. 25

Alexandre Mançanet est Maire de la ville de Vauthiermont.


Pourquoi et comment s'engager dans votre fonction ? 


Depuis l’âge de 16 ans je me suis engagé dans la vie associative. Au fil des années des contacts, des expériences, l’aboutissement de nombreux engagements mon conduis à poursuivre mon implication un sein d’un conseil municipal. Mon engagement réside avant tout pour œuvrer aux rassemblements afin de développer la confiance, l’épanouissement et la convivialité avec l’ensemble de mes concitoyens. Être Maire d’une petite commune de 240 habitants n’est pas un métier mais une vocation, une passion, qui nécessite une présence de chaque instant 24h/24h. A 42 ans j’ai décidé de partager mon activité professionnelle et celle de la collectivité locale avec une vice-présidence au Grand Belfort qui est communauté d’agglomération. Il m’a été confié la Vice Présidence du fonds de soutien et des relations avec les communes, une nomination qui me convient particulièrement au regard des contacts, des rencontres et de ce fait ma participation à la réalisation des projets mis en œuvre par les Elus des communes de la circonscription. Je vis chaque jour une double journée composée de multiples activités avec plaisir et détermination depuis 6 mois.

Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?

Dès ma prise de fonction, j’ai découvert qu’il manquait sur le fronton de la Mairie la devise de la république. LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE sont pour moi la base de l’engagement républicain. Une Mairie c’est avant toute chose le bâtiment qui représente et symbolise la présence de la République au cœur de nos communes. Les Mairies sont les relais indispensables des messages émis par l’Etat et le premier lien entre nos institutions et les concitoyens. Dans cette situation sanitaire nous sommes plus que jamais, l’illustration de notre présence indispensable pour mener de front cette guerre face à un ennemi invisible qui est la COVID-19

Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?

Je veux être acteur et bâtisseur du changement pour porter des projets et donner du sens à l’engagement pour les autres. Être maire d’une commune de 240 Habitants, c’est une démarche de proximité, de transparence, de contact humain. 6 ans pour mettre en place des projets écologiques, de rénovation énergétique, des consultations avec des participations citoyennes.

Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


Il faut que l’état s’engage plus dans l’accompagnement des maires ruraux. Nous devons faire toujours plus avec de moins en moins de ressources, et nous sommes sur tous les fronts. Nous n’avons pas de Directeurs des services.

Protéger les Maires, des agressions, verbales, physiques, des pressions psychologiques, notre tache d’Elus est de plus en plus risquée. Il faut avoir la vocation au service du bien commun car la fonction d’Elu est bien souvent dévalorisée.

J’aimerai réussir à convaincre nos législateurs à la mise en place d’une part de proportionnelle des petites communes dans les instances dirigeantes des EPCI et particulièrement dans les conseils d’agglomérations


La rédaction