Grand entretien avec Alexandra Beaugrand

Alexandra Beaugrand est directrice générale des services de la commune de Saint Aubin Les Elbeuf.

Pourquoi et comment s'engager en tant que directrice générale des services ?


Directrice Générale des Services depuis plus de 15 ans, j’ai choisi d’exercer ce métier :


Pour la stratégie territoriale, en participant à la dynamique du développement local, et à la mise en œuvre d’une culture de projet.


Pour le management collaboratif et participatif, nécessaire à la construction d’un projet administratif partagé par tous en adéquation avec le projet politique.

Responsable de l’ensemble des services administratifs et techniques, il s’agit de coordonner, d’organiser et de moderniser l’ensemble des services, tout en assurant l’accompagnement au changement, la valorisation du travail des équipes et la création d’un rapport de confiance entre l’administration et les élus.


Pour la diversité et la richesse des missions

Diversité des relations, des partenaires, des champs d’intervention, des enjeux en fonction des thématiques, avec une vision globale sans être expert en tout, le DGS doit être capable d’emmener ses équipes pluridisciplinaires dans les multiples domaines qui composent le territoire d’une collectivité.


Pour le challenge de la fonction

En première ligne de l’action territoriale où désormais la maîtrise des dépenses publiques est devenue condition obligatoire, le DGS doit savoir anticiper, être disponible et réactif… être continuellement en mode action.


Qu'est-ce que l'engagement républicain pour vous ?


Garant de la neutralité de l’administration, le DGS doit consacrer ses missions à la promotion des intérêts publics, et mettre toutes ses compétences au service du projet politique.

La charte de déontologie et d’éthique du directeur général des collectivités territoriales et de leurs établissements publics du SNDGCT traduit parfaitement les valeurs et l’éthique qui fonde notre engagement républicain reposant sur les valeurs fondamentales de liberté, d’égalité et de fraternité.


Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?


La conduite et le management de projet, et notamment la satisfaction d’emmener mes équipes de la réflexion à la concrétisation d’une opération.

En tout humilité et bienveillance, lorsque l’on réussit à susciter l’adhésion et la réunion des services autours de projets destinés au développement et à la qualité du territoire, à les accompagner dans un processus co-construction leur permettant de monter en compétences, cela apporte un enrichissement personnel et professionnel.


Etre DGS est un métier passionnant, motivant, en évolution constante et riche en termes d’expériences.


Ce Magazine étant destiné aux élu(e)s et cadres territoriaux de France, avez-vous un message à adresser ?


La crise sanitaire, mais également sociale que nous vivons depuis plusieurs mois à démontrer, le rôle central des collectivités, des élus et de l’ensemble de leurs services, leur capacité d’adaptation pour assurer une gestion efficace et de proximité de l’action publique.

Nous ne pouvons que saluer leur performance face aux difficultés et la gestion de cette situation exceptionnelle, face au détracteur du secteur public local qui dénonçaient il y a encore quelques temps son inefficacité et ses lourdeurs.

Plus que jamais l’importance de nos missions, au quotidien, auprès de nos concitoyens a pris tout son sens. Au service de l’intérêt général, les agents publics ont fait preuve d’une aptitude à la résilience, dans un contexte anxiogène et incertain.


La rédaction